Balades Fluviales

1ères balades interactives en France au fil de l’eau et sur les rives
Bassin du Sud et du Sud-Ouest
25/05/2014  -  3 commentaires Déposer
visuel
Scanner cette page sur votre mobile
Pubs



Canal du Midi


Nos parcours :
En bateau et canoë-Kayak :
De l’étang de Thau à Toulouse
Longueur : 240 km - Écluses : 65
T.E. : 1,5 m - T.A. : 3,3 m
Gabarits : 30 m x 5,4 m

A pied ou en vélo :
Agde > Capestang : 43 Km
Capestang > Puicheric : 51 Km 
Puicheric > Carcassonne : 29 Km 
Carcassonne > Labastide d'Anjou : 48 Km  
Labastide > Toulouse : 53 Km  

Infos touristiques

Le canal du Midi permet aussi de pratiquer d'autres sports, essentiellement dans les zones urbaines, comme l'aviron, le cyclotourisme, le patin à roulettes ou la randonnée pédestre sur les berges. Un tronçon goudronné de 50 km entre Toulouse et Avignonet-Lauragais et un autre de 12 km entre Béziers et Portiragnes se prêtent particulièrement au cyclisme et au patin à roulettes. De plus, de nombreuses péniches ont été converties en logements familiaux, salles de spectacles, lieux d'expositions ou salles de restaurants.

 

D'abord nommé canal royal en Languedoc, les révolutionnaires le rebaptisent en canal du Midi en 1789. Il fut considéré par ses contemporains comme le plus grand chantier du XVIIe siècle.

 

Au sens strict, le canal du Midi désigne la partie initialement réalisée, de Toulouse à la Méditerranée, du projet de canal des Deux Mers, ensemble des voies navigables permettant de joindre la Méditerranée et l'Atlantique : le canal du Midi et la Garonne, plus ou moins navigable entre Toulouse et Bordeaux, puis le canal latéral à la Garonne, construit par la suite, et l'estuaire de la Gironde après Bordeaux.

 

C'est le commerce du blé qui motiva sa construction. Construit de 1666 à 1681, sous le règne de Louis XIV et sous la supervision de Pierre-Paul Riquet, le canal du Midi est l'un des plus anciens canaux d'Europe encore en fonctionnement (le prototype même étant le canal de Briare). La mise en œuvre de cet ouvrage est étroitement liée à la question de la navigation fluviale aux temps modernes. Le défi, relevé par Pierre-Paul Riquet, était d'acheminer l'eau de la Montagne Noire jusqu'au seuil de Naurouze, le point le plus élevé du parcours.

 

Depuis 1996, il est classé dans la liste du patrimoine de l'humanité par l'UNESCO.

 

Un canal pour le tourisme et les loisirs

Le canal du Midi est essentiellement utilisé par le tourisme, les loisirs et le logement. Il attire ainsi de plus en plus un tourisme fluvial, naviguant sur des bateaux de location, des bateaux-restaurants ou des bateaux-promenades. Ce tourisme s'est développé à partir des années 1960 sous l'impulsion de Britanniques puis a explosé dans les années 1980. Plus fréquenté que la Seine, il assure à lui seul un cinquième du tourisme fluvial français, et 80 % des passagers sont étrangers, essentiellement des Allemands, des Suisses et des Britanniques. On compte environ 10 000 passages de bateaux par an à l'écluse de Fonséranes, le pic de fréquentation se situant à l'écluse d'Argens avec 11 000 bateaux transportant en moyenne cinq passagers. Le canal permet d'employer directement environ 1 900 personnes. Les retombées économiques annuelles dues à l'activité du canal sont d'environ 122 millions d'euros.

 

Sa navigation est ouverte du troisième samedi de mars à la première semaine de novembre. Hors de la période de navigation, la navigation est autorisée aux particuliers qui en ont fait la demande. La période d'hiver est appelée « période de chômage » et permet de réaliser tous les travaux d'entretien.

 

 

Présentation

Localisation et profil du canal

Le canal du Midi se situe dans le sud de la France à cheval sur les départements de l'Hérault, de l'Aude et de la Haute-Garonne. Il court sur 241 kilomètres entre Marseillan, au lieu-dit Les Onglous où il débouche dans l'étang de Thau près de Sète, et Toulouse, au niveau du port de l'embouchure (Ponts-Jumeaux).

 

Le canal du Midi est un canal à bief de partage avec un versant situé du côté Atlantique d'une longueur de 52 km et l'autre du côté Méditerranée d'une longueur de 189 km, le seuil de Naurouze constituant la section la plus élevée (bief de partage).

 

Histoire

Des projets abandonnés

Le creusement de ce canal est une vieille chimère. De nombreux projets, parfois utopiques, ont été imaginés pour creuser un canal entre l'océan Atlantique et la mer Méditerranée. Des dirigeants comme Néron, Auguste, Charlemagne, François Ier, Charles IX et Henri IV y avaient songé, car c'est un véritable enjeu politique et économique. En effet, la construction d'un tel ouvrage permet d'éviter aux bateaux et aux marchandises de prendre la mer et de contourner la péninsule Ibérique. À cette époque, le transport maritime comporte de nombreux dangers comme le brigandage et les pirates en mer.

 

Les projets les plus réalistes sont présentés au roi au XVIe siècle. Un premier projet est présenté par Nicolas Bachelier en 1539 aux États de Languedoc, puis un second en 1598 par Pierre Reneau, et enfin un troisième projet proposé par Bernard Aribal de Béziers en 1617. Mais ces projets sont abandonnés car ils ne sont pas assez pensés au niveau de l'alimentation en eau du canal et proposent un système de dérivation des eaux des rivières des Pyrénées trop complexe voire impossible à mettre en œuvre. En 1650, un autre ingénieur propose aussi de détourner l'eau de l'Ariège à Cintegabelle pour l'amener par un canal non navigable jusqu'à Pech-David près de Toulouse. Mais, là aussi, se pose la question de mener l'eau jusqu'au seuil de Naurouze plus haut que Toulouse.

 

Les projets ne sont donc pas lancés par crainte de perdre trop d'argent et par conviction de l'impossibilité humaine de creuser un tel canal. Cependant, Pierre-Paul Riquet, un percepteur de la gabelle en Languedoc, propose un projet plus convaincant que les précédents. Lorsque Louis XIV reçoit sa proposition, en 1662, il y voit l'opportunité de priver l'Espagne d'une partie de ses ressources, et l'occasion de marquer son règne d'une œuvre impérissable.


Source : Wikipédia – Reproduction d’extraits du texte original.

Licence Créative Commons parternité partage à l’identique.

Liens externes :
Wikipédia