Balades Fluviales

1ères balades interactives en France au fil de l’eau et sur les rives
Bassin du Nord et de la Picardie
23/04/2012  -  1 commentaires Déposer
visuel
Scanner cette page sur votre mobile
Pubs



Baie de Somme


Nos parcours :
En bateau et canoë-Kayak :
Port de plaisance :
Cayeux-sur-Mer - Le Crotoy

A pied en vélo :
Tour de la Baie de Somme Sud :
St Valery au Hourdel
Tour de la Baie de Somme Nord :
Pontholie à Noyelles-sur-Mer

A vélo, 40 km de pistes cyclables et 210 kilomètres de boucles de découverte.

A pied, 45 circuits de randonnée pédestre balisés.

L'eau douce y devient saumâtre et forme ce qu'on appelle le fleuve côtier qui remonte vers le nord le long du littoral, entretenu par les apports en eau douce de l'Authie puis de la Canche. Ces eaux un peu moins salées sont appréciées des alevins et adultes de nombreuses espèces de poissons en particulier. Il forme une sorte de sous-corridor biologique, avec une masse d'eau différentiée remontant globalement vers le nord. Des atlas ont été réalisés dans le cadre du programme CHARM.

Tourisme
Malgré un climat océanique frais et souvent humide, la baie de Somme attire promeneurs et sportifs du week-end. Les Européens du Nord aussi y séjournent volontiers. La Picardie maritime possède de beaux exemples d'architecture gothique ou médiévale et ses côtes offrent toute la gamme des loisirs de plein air.

Trois ports agrémentent la baie : Le Crotoy, Saint-Valéry-sur-Somme et Le Hourdel.

Interdiction
Le jet-ski est prohibé en baie de Somme. Cet arrêté interdit le jet-ski en baie de Somme toute l'année.

Histoire géologique
L'estuaire, la configuration et la plage du trait de côte en amont/aval ont une origine clairement hydrologique, mais probablement aussi tectonique, voire néotectonique, avec un jeu de failles qui semblent avoir été actives durant le quaternaire, notamment dans le contexte glacio-eustatique. La périphérie de la baie de somme et de son estuaire ont fait l'objet de drainages et d'aménagements depuis le moyen âge.

En 1899, Louis Barron, lors de sa traversée de la France décrit la baie de Somme, son estuaire et son environnement comme suit : "le vaste estuaire de la Somme semble un bras de mer, comme ceux des grands fleuves de l'Amérique mais le flot qui lui apporte cette gloire la remporte ; à marée basse, ce n'est plus qu'un archipel d'îlots sableux hérissés de joncs ou couverts d'algues et de mousses, et pareils, au milieu des eaux peu profondes, à des taches vertes sur une plaque d'étain bruni".

Au-dessus de ce marécage volent des nuées d'oiseaux sauvages, canards, macreuses, guillemots, pies. Quelques bourgs, à la merci de, la vague, vivant par elle, morts sans elle, Port-le-Grand, Noyelle, le Crotoy, le Hourdel, abritent des pêcheurs au bord de la baie, dont Saint-Valéry continue d'être le port de commerce, grâce au canal d'Abbeville, doublant la Somme, et au viaduc du chemin de fer, svelte et puissante jetée de treize cent soixante-sept mètres de longueur bâtie sur le fond mouvant de l'estuaire pour servir la vieille ville et la préserver de déchéance.

On voudra descendre la Somme, faible reste d'un fleuve qui fut immense comme le Saint-Laurent ou l'Orénoque. À l'âge de pierre, la pirogue de l'homme primitif navigua sur ce fleuve disparu, s'il en faut croire le témoignage des silex taillés recueillis par le savant Boucher de Perthes dans les sables et les graviers des anciennes berges, et conservés au musée d'Abbeville. Son lit, évacué depuis tant de siècles, constitue les tourbières picardes, les plus abondantes de France.

Les routes passent entre ces boues noires et molles et les marécages traversés de « renclôtures », que le paysan dessèche peu à peu. Hormis ces vestiges d'antiquité géologique, ce sont partout cultures perfectionnées, prairies, jardins maraîchers, villes, bourgs, villages nombreux et florissants »

Présentation
La baie est principalement constituée de deux milieux :
- la slikke, zone de vasières, recouverte par la mer deux fois par jour,
- le schorre ou « mollières » qui est couvert par la mer seulement lors des grandes marées.
Elle est constituée de deux estuaires emboités : celui de la Somme au sud, et celui de la Maye, petit fleuve côtier, au nord.

La baie de Somme est aujourd'hui reconnue sur le plan international pour sa richesse écologique; elle est notamment considérée comme un haut lieu ornithologique. Ses différentes zones offrent des conditions d'accueil favorables aux oiseaux sédentaires et migrateurs. Cette richesse a suscité la création, dans sa partie nord (embouchure de la Maye), d'une réserve nationale de chasse en 1968 transformée en réserve naturelle (avec modifications des limites) en 1994 (Réserve naturelle de la Baie de Somme dont le Parc du Marquenterre).

Il n'est pas rare d'apercevoir des troupeaux de moutons broutant dans la baie à marée basse, le goût particulier de leur chair a donné lieu à l'appellation de « prés-salés ». La partie de la baie découverte à marée basse dans laquelle viennent se nourrir les moutons s'appelle l'estran.

C'est en Baie de Somme qu'a été créée la race équine des Hensons.Enfin, la baie de Somme est également réputée par la présence de phoques, qu'il est recommandé de ne pas approcher : phoques-veaux marins (plus de 100 en 2006 et 2007) mais aussi de quelques phoques gris. Elle est également lieu de repos d'oiseaux d'eau (canards colvert, siffleurs, sarcelles, chipeaux...) ainsi que des limicoles (bécassines, courlis, huîtriers pies, vanneaux,...) ce qui fait de la baie un terrain de chasse au gibier d'eau.

C'est aussi un zone de productivité biologique exceptionnelle (notamment pour les coques), comme la Baie de Canche.

Depuis 1999, la baie appartient au club des plus belles baies du monde, au même titre que la baie d'Halong ou encore la baie du Mont Saint-Michel.Elle est cependant menacée d'ensablement et les premiers symptômes sont déjà visibles.

Le 23 novembre 2006, au Ministère de l'Écologie, du Développement et de l'Aménagement durables, une délégation composée des services de l'État, d'élus et de techniciens du Syndicat mixte ont soutenu la candidature de la Baie de Somme-Grand Littoral au titre de sa future labellisation « Grand site national », qui doit permettre de réaliser les aménagements indispensables à la préservation du site.

Source : Wikipédia – Reproduction d’extraits du texte original.Licence Créative Commons parternité partage à l’identique.
Photo : Le Hourdel - OT Cayeux-sur-Mer
Liens externes :
Wikipédia