Balades Fluviales

1ères balades interactives en France au fil de l’eau et sur les rives
Bassin du Centre-Bourgogne
05/10/2012  -  3 commentaires Déposer
visuel
Scanner cette page sur votre mobile
Pubs



Canal de Bourgogne


Nos parcours :
En bateau et canoë-kayak :
De Migennes à Saint-Jean-de-Losne
Longueur : 242 km - Écluses : 189
T.E. : 1,5 m - T.A. : 3,1 m
Gabarit : 38,5 x 5,05 m

À pied ou à vélo :
Le Tour de Bourgogne à vélo :
De Migennes à Dijon : 212 km
Les chemins de halage aménagés par VNF sont en général en bon état. Des petites routes assurent les liaisons entre les tronçons de halage et desservent les villes et les villages.
Km 0 Migennes ; départ sur le chemin de halage à l’écluse n° 114.

Histoire
Envisagé dès le règne de Henri IV, creusé à partir de 1775, il n'a été ouvert intégralement à la navigation qu'en 1832. Une ouverture partielle a néanmoins lieu dès 1808 entre Dijon et Saint-Jean-de-Losne, offrant ainsi un accès à la Saône, et par là même au sillon rhodanien, à la capitale des ducs de Bourgogne. Ses écluses ont bénéficié d'une modernisation en 1882 par leur mise au gabarit Freycinet. Authentique exploit technique et chef-d’œuvre de génie civil pour l'époque, cette voie d'eau n'a, d'une manière générale, jamais été tout à fait à la hauteur des ambitions de ses promoteurs. Son trafic marchandise a même été, après une première période d'expansion de 1832 à 1850, quelque peu décevant.

Plusieurs raisons expliquent ce semi-échec :
- Son gabarit trop réduit, qui n'a permis que le transport de tonnages limités, même après sa modernisation de 1882, et, handicap supplémentaire, la gêne provoquée par le point singulier de la voûte de Pouilly-en-Auxois où l'étroitesse de ce tunnel ne permet pas à deux péniches de se croiser. Des convois de plusieurs péniches devaient donc être constitués pour le franchir dans un sens puis dans l'autre, entraînés par un toueur que l'on peut encore observer à Pouilly-en-Auxois, limitant considérablement la fluidité du trafic.
- La concurrence du chemin de fer quelques années seulement après son ouverture complète en 1832 : la voie ferrée Paris-Dijon-Lyon-Marseille de la compagnie PLM, également dénommée artère "impériale", permet dès le Second Empire un transit des marchandises beaucoup plus rapide et des volumes transportés bien plus importants.
- La concurrence du transport routier, sensible dès 1930, et qui est allée en s'accentuant jusqu'à lui ôter l'essentiel de son trafic commercial au tournant des années 70.
Elle faillit lui coûter son existence-même : en 1966, la construction d'une voie rapide pour améliorer l'accès à Dijon était prévue en lieu et place du canal depuis Plombières-lès-Dijon, aboutissant à l'actuel port fluvial et la place du Premier Mai.

Pour l'anecdote, l'obélisque du port du Canal aurait été placé exactement au milieu d'un échangeur de type autoroutier. Le canal de Bourgogne, d'abord conçu comme une voie de communication permettant de relier aisément Paris et le sud de la France, n'a de plus jamais desservi de grands centres industriels et commerciaux ou même des bassins de population qui auraient pu lui assurer un trafic captif à son ouverture.

On note seulement quelques exceptions :
- Le port fluvial de Pont d'Ouche a été relié au XIXe siècle à Epinac (département de la Saône-et-Loire) par l'une des toutes premières lignes de chemin de fer ouvertes en France. Autorisée par une ordonnance du roi Charles X en avril 1830, longue de 26 km, la ligne de chemin de fer d’Epinac à Pont d’Ouche permettait l'évacuation du charbon qui était ensuite transbordé depuis les wagons sur les péniches. Après quelques dizaines d'années, ce mode d'exploitation, très lourd en termes de logistique, fut abandonné car le développement du réseau ferré du PLM permettait le transport du charbon de bout en bout depuis Epinac, sans employer la voie d'eau. Préalablement prolongée jusqu'à Dijon en suivant exactement le cours du canal, cette voie de chemin de fer fut rouverte aux voyageurs en 1905 pour assurer des liaisons quotidiennes entre Dijon et Epinac.
Réduite à la seule section Dijon - Gissey-sur-Ouche, elle a finalement fermé en 1968, date à laquelle elle ne voyait d'ailleurs plus circuler qu'un unique aller-retour dominical connu localement sous le nom de "train des pêcheurs".
On aperçoit encore, près de Fleurey-sur-Ouche, le pont métallique où cette voie ferrée franchissait le canal.
- Les ports fluviaux de Dijon, aujourd'hui connus sous les noms du "port du canal" et de Montbard, qui approvisionnaient ces cités.
- Au début du XXe siècle et jusqu'à la fin des années 60, la desserte de la cimenterie et la carrière de Crugey dans le département de la Côte-d'Or.
- Plusieurs scieries installées sur ses berges, en particulier dans le département de l'Yonne.

Ouvert de nos jours d'avril à fin octobre et exclusivement destiné à la navigation de plaisance, il est devenu en quelques années un des atouts majeurs du tourisme en Bourgogne. Son parcours central très bucolique dans un paysage vallonné et dominé par le château de Châteauneuf (département de la Côte-d'Or) est en effet très apprécié par une clientèle essentiellement d'origine étrangère. Ses paysages champêtres ont régulièrement été utilisés par le cinéma : l'écluse dite de "Baugey", entre Pont d'Ouche et Veuvey-sur-Ouche, a ainsi servi de décors extérieurs à la célèbre scène du film de Bertrand Blier, Les Valseuses, où Miou-Miou est jetée à l'eau par Gérard Depardieu et Patrick Dewaere.

Le canal de Bourgogne reste toutefois exposé aux aléas climatiques : victime d'une crue dévastatrice de l'Ouche en septembre 1965 qui avait inondé certains quartiers de Dijon, il avait au contraire été partiellement fermé en 2003 en raison de l'épisode de la canicule, ses réservoirs ne disposant plus de la ressource nécessaire en eau pour l'alimenter (on gardait l'eau pour les loisirs nautiques pratiqués sur les étangs !). Au contraire, les très abondantes pluies d'avril 2001 ont provoqué le débordement de plusieurs de ses biefs entre Pont de Pany et Fleurey-sur-Ouche, contribuant ainsi à une crue exceptionnelle de l'Ouche.

Source : Wikipédia – Reproduction d’extraits du texte original.
Licence Creative Commons paternité partage à l’identique.
Photo : Fotolia

Liens externes :
Wikipédia
Vélo-Canaux-Dodo