Balades Fluviales

1ères balades interactives en France au fil de l’eau et sur les rives
RECHERCHE LIBRE
 
France
RECHERCHER :

› Devenir fan !


› Aimer balades fluviales !

Pubs
Partenaire
Le monde du fluvial

Charles-de-Freycinet



Charles Louis de Saulces de Freycinet, né à Foix (Ariège) le 14 novembre 1828 et mort à Paris le 14 mai 1923, est un homme politique et ingénieur français. Il a contribué à la modernisation des voies fluviales, notamment, à l'imitation de Louis Becquey près de 60 ans auparavant, par l'établissement d'une norme pour la taille des écluses, connue depuis sous le nom de gabarit Freycinet.

Biographie

Il étudie à l'École polytechnique avant d'entrer dans les services du gouvernement. Ingénieur du corps des Mines, il débute en 1852 sa carrière professionnelle dans l'administration des Travaux Publics à Mont-de-Marsan et la poursuit à Chartres et à Bordeaux. Il est le chef de l’exploitation de la Compagnie des chemins de fer du Midi jusqu'en 1862. De décembre 1862 jusqu'à 1868, à la demande du ministre des Travaux publics, il conduit une mission d'étude, d'abord en Angleterre en 1863, puis jusqu'en 1868 dans le reste de l'Europe (Belgique et Prusse rhénane notamment), sur la prévention des risques industriels et l'amélioration de la protection des travailleurs.

Le résultat de ces études est publié en 1869 sous le titre "Traité d'assainissement industriel". S'étant à cette occasion particulièrement intéressé à la réforme administrative, il est nommé par Emile Ollivier membre de la "Commission de décentralisation", présidée par Odilon Barrot et dont fait partie également Maxime Du Camp.

Il devient collaborateur de Gambetta comme délégué à la guerre dans le gouvernement de la Défense nationale en 1870-1871, durant la guerre franco-allemande de 1870. Il soutient, autant que faire se peut, le jeune officier Louis Nathaniel Rossel qui refuse l'armistice face à la Prusse. Il est promu officier de l'ordre impérial de la Légion d'honneur en 1870.

Pendant cette période (1870-1871), il a pour secrétaire Justin Germain Casimir de Selves, fils de son gendre Jacques Joseph Gustave de Selves, contrôleur des tabacs, marié avec sa fille.

Il devient sénateur de la Seine en 1876, mandat qu'il conserve jusqu’en 1920. Il est ministre des Travaux publics (1877–1879), où son nom est attaché à la multiplication de lignes de chemin de fer, souvent de qualité médiocre (plan Freycinet), dans le but de désenclaver les régions mal desservies.

Il est ensuite à plusieurs reprises président du Conseil après avoir été appelé pour la première fois par Jules Grévy, cumulant cette fonction avec celle de ministre des Affaires étrangères en 1879-1880, puis en 1885-1886.

Il soutient Jules Ferry dans ses projets de laïcisation et de scolarité obligatoire.

Il est candidat à l'élection présidentielle de 1885, sans succès. En 1886, il fait expulser les prétendants au trône de France, puis il est battu par Marie François Sadi Carnot lors de l'élection à la présidence de la République de 1887.

Premier civil à devenir ministre de la Guerre en 1889-1890, il fait porter le service militaire à trois ans, crée l’état-major général et modernise l’équipement militaire en faisant adopter par l’armée le fusil Lebel et le canon de 75 Modèle 1897.

Accusé d’avoir voulu étouffer le scandale de Panama, il est éloigné du pouvoir, mais retrouve le ministère de la Guerre dans le cabinet Charles Dupuy où, soucieux de défendre l’honneur de l’armée, il se montre ardemment antidreyfusard.

Président de la Commission des forces armées au Sénat, il est encore ministre d’État dans le gouvernement Aristide Briand en 1915-1916.

Il est élu membre libre de l'Académie des sciences en 1882 et membre de l'Académie française en 1890.

Source : Wikipédia – Reproduction d’extraits du texte original. Licence Créative Commons paternité partage à l’identique.

Liens externes :
Wikipédia