Balades Fluviales

1ères balades interactives en France au fil de l’eau et sur les rives
Vous êtes le propriétaire
16/01/2013
visuel
Scanner cette page sur votre mobile
Pubs
Partenaire

VOIR LE PATRIMOINE FLUVIAL

Pont Notre-Dame

Ponts et ponts-canaux

Parcours à proximité : La Seine à Paris
Etape à proximité : La Cathédrale Notre-Dame


Le pont Notre-Dame est un pont situé à Paris et traversant le grand bras de la Seine, reliant le quai de Gesvres au quai de la Corse sur l'île de la Cité. Construit en 1853, lors des transformations haussmanniennes, il mesure 106 m de longueur pour une largeur de 20 m, ses cinq arches initiales ayant été réduites à trois en 1912, dont une arche centrale métallique de 60 m. Il occupe l'emplacement de l'un des tout premiers ponts de la capitale : le Grand-Pont, remplacé par les planches de Milbray puis deux répliques du pont Notre-Dame, l'une en bois, l'autre en pierre.

 

Situation

Ce site est desservi par la station de métro Pont Marie. Il est situé au niveau de l'Hôtel-Dieu et du marché aux fleurs, qu'il relie à la rive droite. Dans l'axe du pont, au sud de la rue de la Cité, le Petit-Pont relie l'île à la rive gauche.

 

Histoire

C'est à son emplacement que se trouvait l'un des deux premiers ponts parisien qui permettait dès l'Antiquité à l'axe du cardo maximus de franchir la Seine sur son grand bras, dans le prolongement du Petit-Pont.

 

En 886, le siège de Paris et les attaques normandes le condamnent, et il est remplacé par un pont de planches jeté sur les anciennes piles de bois auxquelles sont fixés des moulins à grains : les Planches de Milbray, qui tiendront jusqu'aux inondations de 1406. Le toponyme Milbray provient vraisemblablement de la contraction de emmi le brai, signifiant « au milieu du marais », pour indiquer que l'on retirait ces planches de bois jusqu'au milieu du fleuve dans sa partie marécageuse, afin de protéger l'accès à l'île de la Cité.

 

Le 30 mai 1413, Charles VI baptise le nouveau pont de Notre-Dame, un solide ouvrage de bois reliant l'île de la Cité à la rue Saint-Martin sur dix-sept rangées de piles et dont les travaux s'achèvent en 1421. La municipalité avait reçu l'autorisation de bâtir sur ce pont de 354 pieds de long par 90 de large : on construira jusqu'à soixante-cinq maisons réparties de chaque côté avec, à leur pied, de riches boutiques, dont plusieurs librairies et armureries qui faisaient la réputation du pont. Plusieurs moulins sont aussi installés sur les piles. Les revenus que la Ville prélève sur les maisons ne sont cependant pas utilisés pour pourvoir à son entretien.

 

Le pont s'effondrera le 25 octobre 1499 lors d'une crue de la Seine. Tenus pour responsables d'avoir négligé les avertissements sur l'état de délabrement du pont, le prévôt des marchands, Jacques Piédefer, et quatre échevins sont emprisonnés avant d'être condamnés à de lourdes amendes de dédommagement et remplacés. En 1500, on décide alors de le reconstruire en pierre de taille, en le dotant de six grandes arches de six-sept mètres d'ouverture, sous la direction de l'architecte Jean Joconde, qui avait déjà restauré le Petit-Pont, et du maître d'œuvre en maçonnerie Didier Felin. Un octroi spécial levé pendant six ans sur le poisson, le bétail et le sel aide à son financement. Un bac provisoire est installé sur le fleuve.

 

L'ouvrage, terminé en 1507, sera encore surplombé de demeures et de boutiques et deviendra vite un endroit commerçant très fréquenté et prestigieux : François Ier y fait son entrée triomphale dans Paris en 1515. Ces soixante et une habitations de six étages sont les premières dotées d'un numéro à Paris. On les a aussi ornées de grands termes d'hommes et de femmes et de portraits de rois et, aux quatre extrémités, on a placé des niches avec des statues royales. On a gravé sur une des arches ce distique de Sannazar, en l'honneur de l'architecte :

 

En 1659, le pont est remis en état et redécoré pour honorer l'arrivée à Paris de la fille du roi d'Espagne Philippe IV, Marie-Thérèse d'Autriche, qui devient alors reine de France et de Navarre en épousant Louis XIV, conformément au traité des Pyrénées. Les boutiques sont alors presque toutes occupées par des marchands d'art : Watteau en fait une représentation dans son tableau « L'Enseigne de Gersaint ». En 1763, par lettres patentes du roi, on doit détruire les habitations devenues insalubres qui le surmontent, ce qui ne sera finalement réalisé qu'en 1786. Dans le cadre de la déchristianisation, le pont sera renommé pont de la Raison durant la Révolution française.

 

La pompe Notre-Dame

Paris a toujours manqué d'eau dans le passé. En 1670, Daniel Jolly, directeur de la pompe de la Samaritaine, proposa au corps municipal d’établir, près du pont Notre-Dame, un appareil semblable à celui dont l’administration lui était confiée, lui offrant d’élever, au prix de 20 000 livres, 30 à 40 pouces d’eau de la Seine à 80 pieds au-dessus du niveau de cette rivière, soit environ 400 litres par minute. Sa proposition fut acceptée par arrêté du 26 avril 1671. On transforma alors les deux moulins à blé qui avaient été établis au début du xvie siècle sous les troisième et quatrième arches du pont.

Source : Wikipédia – Reproduction d’extraits du texte original. 

Licence Créative Commons paternité partage à l’identique.


75004 Paris